Aujourd’hui, on exploite très efficacement les protocoles de l’Internet dans les environnements sĂ©curisĂ©s des applications professionnelle (B2B) et surtout dans les applications de publication et de communication et d’Ă©change du Web.Par contre, le dĂ©veloppement du e-commerce (B2C, C2C) n’est pas Ă  la hauteur du potentiel formidable de l’Internet. La cause de ce retard n’est pas (plus) technique (Ă©quipement, accès, bande passante …) mais humaine. (foisonnement des offres et des interfaces, manque de repères de confiance, problèmes de confidentialitĂ© et de traçabilité… ).Pour combler ce retard, il faut mettre l’usage “consommateur” de l’Internet entre toutes les mains. Pour cela nous avons conçu l’Internet Transactionnel (TAPP) : un environnement de Confiance en ligne, en complĂ©ment du Web.Le Web : Un Village PlanĂ©taire Global oĂą il faut jouer des coudes pour existerLe Web regarde l’ensemble des utilisateurs potentiels (6 milliards d’humains) comme appartenant Ă  un seul et mĂŞme Village PlanĂ©taire Global. Le Village est cadastrĂ© dans un système d’annuaire unique (le DNS) rĂ©gulĂ© par un certificateur central. (Sous dĂ©lĂ©gation du Gouvernement des Etats Unis). Quiconque peut se crĂ©er son adresse sans problème et quasi sans effort.

Dans le Web, les adresses (noms de domaines, adresses de messagerie) sont dĂ©claratives (il n’y a pas de contrĂ´le de lĂ©gitimitĂ© Ă  la crĂ©ation de l’adresse) et uniques par construction (homonymie impossible).

Il en découle une règle : Dans le Web, le premier arrivé est le seul servi. .

Cette règle, favorable Ă  ceux qui ont les moyens d’en bĂ©nĂ©ficier (disponibilitĂ© de temps, de compĂ©tences, de matĂ©riels, d’infrastructure…) limite fondamentalement l’usage “consommateur” de l’Internet par tous et partout.

L’Internet Transactionnel (TAPP) : un rĂ©seau de Villages Locaux oĂą chacun existe.

TAPP regarde l’ensemble des utilisateurs potentiels (6 milliards d’humains) comme appartenant Ă  une myriade de Villages Locaux, qui eux sont dĂ©clarĂ©s et authentifiĂ©s dans le village planĂ©taire Global. Chaque “Village Local” est cadastrĂ© dans un annuaire administrĂ© (DNS 2.0) et rĂ©gulĂ© par son autoritĂ© rĂ©fĂ©rente.

Cette autorité est référente, non par l’audience et la visibilité qu’elle aura su générer dans le Web, mais parce qu’elle est, hors Internet, reconnue par ses clients, usagers ou ayants-droits comme l’opérateur légitime, incontestable et durable de la bonne exécution, de la sécurité et de la traçabilité de leurs opérations.

Exemples d’autoritĂ©s rĂ©fĂ©rentes : la MunicipalitĂ© pour ses rĂ©sidents, la Banque pour ses clients en compte, le Distributeur pour ses clients fidĂ©lisĂ©s, l’Association pour ses adhĂ©rents, le Club pour ses membres, la SĂ©curitĂ© Sociale pour ses administrĂ©s, l’ONG pour ses assistĂ©s, l’Ecole pour ses Ă©lèves et leurs parents et l’Etat pour ses citoyens.

Par transposition des donnĂ©es qu’elle dĂ©tient, l’autoritĂ© rĂ©fĂ©rente inscrit systĂ©matiquement chaque ayant-droits dans l’annuaire (DNS 2.0) du “Village Local”. Les adresses (noms de domaines) sont attributives (on ne peut pas se crĂ©er d’adresse sans contrĂ´le de lĂ©gitimitĂ©) et uniques par dĂ©finition (homonymie possible).

Il en dĂ©coule une règle nouvelle, qui instaure un cercle de confiance dans le “Village Local” et l’Ă©tend au Web :

Dans TAPP : chacun dispose de son adresse en ligne, non usurpable et non Ă©quivoque. Tous sont servis..

De plus, Ă  chaque adresse (nom de domaine) est associĂ©e une carte de visite en ligne (page personnelle) dans laquelle se trouvent tous les services permettant de joindre et de sĂ©curiser les opĂ©rations du dĂ©tenteur de l’adresse.