Dominique Dardel dans son post Vous avez aimé le Web 2.0, vous allez adorer le Web 3.0 publie l’interview donné par Vinton Cerf à Michel Alberganti  journaliste au Monde.

Vinton Cerf y annonce que :

Demain, le premier contact avec Internet d’une fraction significative de la population mondiale sera réalisé via un téléphone mobile et non via un ordinateur.

J’ai quelques doutes sur la manière dont Vinton Cerf envisage cela.

A le lire, la solution viendra d’un enrichissement de la connexion locale entre le téléphone et des accessoires informatiques classiques ( claviers, écrans).

Cette vision implique des développements technologiques et l’acquisition par l’utilisateur de matériels idoines.
Elle démontre que Vinton Cerf n’a pas compris - et je crois qu’en bon américain il ne peut mentalement et culturellement pas comprendre - que la vrai démocratisation d’usage nécessite de proposer des applications Internet dans le périmètre des matériels existants.

Je crois au contraire de Vinton Cerf, qu’il ne faut plus regarder Internet comme une solution d’enrichissement de l’univers de l’informatique.
En fait, l’avenir est de considérer Internet comme un réseau ouvert et multimodal, exploitant des services délivrés en ligne, sans dépendre de logiciels installés quelle que soit la technologie du terminal coté utilisateur.

Imaginez ce que serait le réseau du téléphone s’il ne fonctionnait qu’entre certains types de combinés et s’il fallait en changer pour passer à la dernière génération à chaque saut de vitesse du réseau cellulaire.  Absurde !

Ce qui fait la richesse du téléphone - ce qui en fait une commodité utilisable partout et par tous - c’est sa simplicité d’usage et sa continuité de service sur tous les matériels et réseaux d’opérateurs du monde .

Ainsi on peut établir un connexion depuis un vieux poste à cadran vers un poste en 3G+ pour autant que l’appelant connaisse le numéro de téléphone qui le fait sonner !! 

Et les pré-requis culturels  pour utiliser un téléphone sont très bas.
Il suffit de savoir lire et taper les chiffres ( la plupart des adolescents et desadultes de la planète le savent car il connaissent les chiffres vu qu’ils sont inscrits sur les pièces de monnaie et les billets de banque)

A mon humble avis, on ne doit pas se contenter de l’idée qu’à l’avenir le téléphone sera le  premier point de contact à l’Internet .
Certes il n’est pas étonnant que Vinton Cerf  qui travaille chez Google propose cette vision qui est celle du futur système d’exploitation Androïd que Google va prochainement mettre sur le marché.
Vision que l’on retrouve chez  Jerry Yang  Fondateur et CEO de Yahoo lors de sa conférence au CES 2008 : Nous voulons faire de Yahoo Mobile votre point d’entrée dans Internet . ( Yahoo plans to be themost essential starting point of your life).

Mais je crois qu’on ne peut et ne doit pas attendre que le téléphone se muscle pour devenir un micro micro-ordinateur de poche ni que les réseaux GSM migrent tous à très haut débit .
L’avenir de l’Internet est de proposer la délivrance de services individuels quotidiens pour tous, partout et sur les terminaux et réseaux existants.

Dans ce contexte, non seulement l’ordinateur classique n’a plus sa place mais même des solutions dédiées installées seulement sur certains téléphones de nouvelle génération ne fonctionneront pas.

Au contraire, il faut désormais fournir aux 3 milliards d’humains qui disposent d’un néméro de téléphone,  c’est à dire d’une adresse virtuelle, des pages de services sur Internet adaptées à leurs besoins et à leur capacité d’usage sous forme services vocaux et donc dans la langue de l’utilisateur, pas seulement en anglais .
Et il faut que ces utilisateurs puissent communiquer et donner leurs instructions grâce aux seuls 10 chiffres + 2 symboles du clavier des téléphones.

C’est la seule interface dont on peut garantir qu’elle sera à la portée de tous même illettrés, même défavorisés, même dans un environnement sans clavier ni écran ou logiciel de connectique, voire même sans accès Internet, vu que le coté client fonctionne dans le réseau GSM et même dans le réseau analogique pour autant que le combiné supporte la fréquence vocale.

Certains prototypes récents développés par GOTAPP supportent d’ors et déjà cet environnement.